COP 24 Katowice 2018. Youth Forum

Fantastique. C’est le premier mot qui nous vient à l’esprit après ce séjour de 5 jours basé autour de l’environnement mais aussi autour du partage, de l’échange et de la rencontre, au pays du charbon, la Pologne, ce qui est par ailleurs paradoxal dans le contexte de notre venue, et avec comme événement moteur, la COP24, conférence internationale sur le climat. Organisé par l’Alliance pour l’éducation à la citoyenneté planétaire (AECP), ce voyage a regroupé une soixantaine de personnes venant d’Europe, du Québec et d’Afrique francophone, qui ont été sélectionnées pour leur implication dans l’éducation au développement durable dans leur école ou association.
Dimanche 2, au soir et alors que la COP24 vient de s’ouvrir, nous débarquons de l’avion et c’est Cracovie qui nous accueille dans son atmosphère hivernale. Nous sommes désormais en route pour la maison d’hôtes qui nous héberge… et qui est à seulement une dizaine de minutes de marche du camp d’Auschwitz, dont on a visité l’entrée le lendemain.

C’est sur une période de 3 jours que nous avons accueilli chaleureusement, étant arrivés les premiers, les autres groupes venant de Belgique, du Tchad et du Maroc. A tour de rôle, chaque délégation et chaque établissement a pu présenter aux autres ses projets respectifs pour l’environnement et le développement durable et chacun a pu piocher dans les actions des autres pour les ajuster et les appliquer à son école.
Le lundi était un jour de préparation à la COP ; par petits groupes, nous avons essayé de lister les différentes questions à poser aux stands une fois sur place et avons travaillé sur ce qu’on voulait notamment ramener de la COP à notre retour (documents, photos, vidéos..) .

La journée de mardi était incontestablement la plus grosse journée du séjour, le jour le plus attendu de tous, la visite à la COP24. Séparés dans des groupes de 5 ou 6 personnes, nous avons pu profiter pleinement de ce grand événement international et aller à la rencontrer des délégations nationales aux pavillons, aux stands des ONG et des organisations intergouvernementales. Nous avons pu aussi assister à une conférence à laquelle participaient des grandes compagnies automobiles et avoir l’intervention de 4 jeunes étudiants français, qui ont partagé avec nous leur opinion sur le réchauffement et qui ont pu répondre à nos questions. A la fin de la journée, nous prenons la route du retour, comblés et avec nos petits badges et les sacs pleins de cadeaux. Nous en profitons pour accueillir le groupe de la Côte d’Ivoire qui arrive enfin après maintes péripéties durant leur voyage mais qui arrive avec le sourire.

Le mercredi matin était une demi-journée de debrief de la COP24 où nous avons échangé sur ce qu’on retiendrait de la COP, comment nous irons en parler à nos proches et camarades, de ce qui nous avait surpris, choqués, déçus là-bas. Nous avons travaillé notamment sur la façon dont on voulait retransmettre nos rencontres et notre découverte de la COP aux élèves de nos collèges.

Puis l’après-midi a été dédié à la visite guidée de Cracovie qui se situe à une petite heure de route de l’endroit où nous logions. Pendant cette demi-journée, nous avons pu visiter la cour du château de Cracovie et découvrir le patrimoine historique de celle qui est la seconde ville du pays et de son grand marché de Noël. Nous sommes rentrés épuisés mais surtout transis de froid par le temps glacial que notre guide considérait étonnamment comme assez clément. Le dernier soir, les adultes nous ont informés des projets mis en place entre les différents pays au cours du séjour et qui seront mis en œuvre au cours de l’année.

Le jeudi est donc la dernière journée de notre séjour, avec un retour à la COP pour assister à la table ronde avec des membres d’ONG, des délégations françaises et belges, et un expert du GIEC auxquels nous avons pu poser nos questions. Ensuite, ce fut l’occasion aussi pour certains de terminer les visites inachevées de mardi. Pour clôturer notre venue, nous avons interprété le chant préparé en amont mardi soir, dans les allées de la conférence, ce qui nous a valu un petit bain de foule venue nous regarder…mais aussi un petit rappel à l’ordre des agents de sécurité qui nous ont reproché de ne pas les avoir prévenus de notre intervention musicale.

C’est en début d’après-midi que nous nous séparons physiquement, tous émus de devoir nous quitter après nous être attachés les uns aux autres si rapidement et facilement, et déjà nostalgiques de ce qui reste une expérience infinie, unique et inoubliable.

Badis, Noémie, Warren et Tao.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.